Importance croissante des systèmes alimentaires durables pendant la CdP

Près de deux mois se sont écoulés depuis la 28e conférence des parties (COP28) de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, qui s'est tenue à l'Expo City de Dubaï, dans les Émirats arabes unis (EAU). Les attentes étaient grandes avant la COP28 en ce qui concerne l'avancement des négociations sur les systèmes alimentaires durables, d'autant plus que le sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires, la conférence des Nations unies sur l'eau 2023 et la présidence de la COP28 s'étaient engagés à mettre en place des systèmes agroalimentaires et hydriques à consommation nette zéro, positifs pour la nature et résilients.

Contrairement aux COP précédentes, l’importance des systèmes alimentaires durables s’est considérablement accrue. La COP28 a débuté par une annonce lors du Sommet mondial d’action pour le climat (WCAS), lorsque 134 pays ont approuvé la Déclaration des Émirats arabes unis sur l’agriculture durable, les systèmes alimentaires résilients et l’action pour le climat, adoptée lors de la COP28.

Ces pays représentent à eux seuls 5,7 milliards de personnes, 70 % de la consommation alimentaire mondiale et 76 % des émissions totales du secteur agricole. Vingt-cinq autres pays ont ensuite adhéré à la déclaration, ce qui porte le nombre de signataires à 159 pays.

Mise en œuvre de la déclaration des Émirats sur les systèmes alimentaires résilients, l’agriculture durable et l’action climatique au théâtre Al Waha lors de la conférence des Nations unies sur le changement climatique COP28 à Expo City Dubaï le 10 décembre 2023, à Dubaï, Émirats arabes unis. (Photo COP28 / Christophe Viseux) – Flickr.com

La déclaration vise, entre autres, à renforcer les efforts respectifs et communs des pays en vue d’un engagement large, transparent et inclusif en intégrant l’agriculture et les systèmes alimentaires dans les plans nationaux d’adaptation, les contributions déterminées au niveau national, les stratégies à long terme, les stratégies et plans d’action nationaux en matière de biodiversité et d’autres stratégies connexes avant la convocation de la COP30.

Les pays examineront les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la déclaration lors de la COP29 et envisageront les prochaines étapes en 2025 et au-delà. Bien que la déclaration ne soit pas juridiquement contraignante, elle témoigne de l’intention des pays d’intégrer l’alimentation et l’agriculture dans leurs plans climatiques d’ici à 2025.

De même, pour la première fois, la COP a consacré une journée entière à l’alimentation et à l’agriculture. Il s’agit d’une amélioration par rapport à la COP27, dont la quatrième journée thématique était consacrée à l’adaptation et à l’agriculture. Alors que la COP27 disposait de cinq espaces événementiels (« pavillons » dans le langage de la COP) dans la zone bleue entièrement consacrés à l’alimentation et à l’agriculture, la COP28 disposait d’un bâtiment entier accueillant des pavillons consacrés à l’alimentation et à l’eau.

Bob Aston d’ALIN modérant un événement parallèle sur l’autonomisation des petites agricultrices.jpeg

Une autre étape importante a été la création du programme de soutien agroalimentaire de Sharm-El Sheikh. L’initiative, d’une durée de trois ans, vise à dégager un consensus au sein du processus de la CCNUCC et, en fin de compte, à permettre aux pays et aux régions de débloquer des fonds et de soutenir les agriculteurs, les producteurs de denrées alimentaires, les petites entreprises agroalimentaires et les communautés locales.

Le moment le plus important et le plus attendu a sans doute été le tout premier bilan mondial (GST) de la COP 28. Le processus permettant aux pays et aux parties prenantes de voir où ils ont collectivement progressé pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris était essentiel, d’autant plus que différents rapports ont montré que nous ne sommes pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius.

La décision finale de l’inventaire mondial(GST) mentionne la sauvegarde de la sécurité alimentaire, l’éradication de la faim, l’atténuation des vulnérabilités de la production alimentaire liées au changement climatique et la protection des systèmes hydriques. Elle encourage également la mise en œuvre de solutions intégrées et multisectorielles, telles que la gestion de l’utilisation des terres, l’agriculture durable, les systèmes alimentaires résilients et les approches fondées sur les écosystèmes.

Le financement adéquat des systèmes alimentaires durables a toujours été un défi. Toutefois, la Journée de l’alimentation, de l’agriculture et de l’eau de la COP28 a permis d’obtenir des engagements majeurs pour lutter contre les effets du climat et maintenir le seuil de 1,5 °C à portée de main. Elle a notamment mobilisé plus de 7,1 milliards d’USD pour des actions favorables au climat dans le secteur de l’alimentation.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a également lancé la feuille de route mondiale pour atteindre l’objectif de développement durable n° 2 (SDG2) sans dépasser le seuil de 1,5°C. La feuille de route met l’accent sur la relation symbiotique entre la transformation des systèmes agroalimentaires et les actions en faveur du climat, en appelant à la mobilisation du financement climatique pour la mise en œuvre. Il identifie 120 actions et étapes clés dans dix domaines. Ces domaines comprennent les énergies propres, les cultures, la pêche et l’aquaculture, les pertes et les déchets alimentaires, les forêts et les zones humides, les régimes alimentaires sains, le bétail, les sols et l’eau, ainsi que les données et les politiques inclusives.

Bibong Widyarti, membre du Conseil Inofo de l’Indonésie, s’exprime lors de l’événement Farmers and Traditional Producers at the Heart of Food Systems Transformation (Les agriculteurs et les producteurs traditionnels au cœur de la transformation des systèmes alimentaires) au théâtre Al Waha lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique COP28 à l’Expo City Dubai, le 10 décembre 2023, à Dubaï, aux Émirats arabes unis. (Photo COP28 / Christophe Viseux) – Flickr.com

En ce qui concerne les émissions, elle vise à réduire les émissions de méthane des systèmes agroalimentaires de 25 % d’ici à 2030 par rapport à 2020, à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2035 et à transformer ces systèmes en puits de carbone d’ici à 2050, en capturant 1,5 gigatonne d’émissions de gaz à effet de serre par an.

Malgré les différentes étapes franchies lors de la COP28, les parties ne sont pas parvenues à faire une percée dans les travaux conjoints de Charm el-Cheikh sur la mise en œuvre de l’action climatique sur l’agriculture et la sécurité alimentaire (SSJW), qui s’étendent sur quatre ans. La COP28 a demandé aux parties d’établir une feuille de route pour le SSJW. Il s’agissait notamment de convenir d’un ensemble de thèmes pour trois ateliers, de créer un portail en ligne pour les soumissions dans le cadre des ateliers et de déterminer la manière dont les travaux devraient être menés et synthétisés.

Les négociations sur le SSJW ont débuté avec peu de progrès, certains pays étant favorables à ce que l’on parte d’une feuille blanche. En revanche, d’autres ont soutenu l’utilisation de la note informelle préparée lors des dernières sessions de l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA) et de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI) à Bonn en juin 2023. La note informelle reprend les éléments du SSJW sur la base des points de vue des parties. Il s’agit notamment des thèmes des ateliers et de l’opérationnalisation du portail en ligne.

La proposition d’un groupe de coordination pour faciliter la mise en œuvre de la SSJW est également devenue un point d’achoppement, les pays ne parvenant pas à se mettre d’accord sur sa structure, tandis que d’autres se sont inquiétés de ce qu’il accomplirait et des coûts que le groupe de coordination aurait à supporter pour organiser des réunions supplémentaires.

Le report des négociations sur les travaux conjoints à juin 2024 montre qu’il reste encore beaucoup à faire pour que les pays s’attaquent en priorité aux défis auxquels est confronté le secteur de l’agriculture. La plupart des pays en développement pensent également que cela pourrait entraîner une réduction des investissements dans le financement du climat pour l’agriculture et la sécurité alimentaire à court et à moyen terme. De même, bien que la décision finale de l’inventaire mondial(GST) mentionne les systèmes alimentaires, la plupart des délégués auraient souhaité que la formulation du document final aille plus loin pour reconnaître l’énorme potentiel d’atténuation des systèmes alimentaires et les éloigner de la dépendance à l’égard des combustibles fossiles.

Alors que l’attention se tourne vers la COP29 et la COP30, tout le monde s’attend maintenant à ce que la COP30 fasse des progrès significatifs en matière de systèmes alimentaires, car les pays sont censés accélérer leur ambition dans leur prochaine série de plans d’action sur le climat, prévue pour 2025.

Bob Aston est responsable de projet au sein du réseau d’information sur les terres arides (ALIN),
baston@alin.net

Image présentée avec l’aimable autorisation de flickr.com

Ajoutez votre voix


Rejoignez Voices for Just Climate Action et faites une différence dans votre communauté locale

Rejoignez-nous

En savoir plus sur ce que font nos partenaires sur le terrain

Rejoignez Voices for Just Climate Action

Le projet VCA devrait permettre l'amplification de l'action climatique au niveau local et jouer un rôle central dans le débat mondial sur le climat. Pour plus d'informations sur le programme, notre agenda et comment collaborer avec nous, veuillez nous contacter via info@voicesforclimateaction.org.

Inscription à la newsletter