Un point de vue d’initié sur l’action climatique au Brésil

Paula Moreira est responsable de programme chez Hivos au Brésil. Elle dirige notre programme Voices for Just Climate Action (VCA), qui travaille avec les communautés locales pour faire entendre leur voix dans les discussions nationales et mondiales sur la crise climatique. Elle nous parle du changement climatique au Brésil, de la manière dont il affecte la population et du travail que fait Hivos pour le combattre.

Comment le changement climatique affecte-t-il le Brésil ?

Les phénomènes météorologiques extrêmes sont beaucoup plus fréquents. Les fortes pluies peuvent provoquer des glissements de terrain, blessant ou tuant des personnes dans les montagnes et les favelas autour de Rio de Janeiro. Les gens sont pris par surprise et n’ont pas le temps de fuir. Ils sont pauvres et leurs maisons en bois ne les protègent pas contre les glissements de terrain. Les personnes âgées et les malades sont les plus exposées car elles sont moins mobiles, de même que les femmes qui restent à la maison pour s’occuper de leurs enfants. Les fortes pluies provoquent également des inondations qui emportent les maisons dans les zones riveraines de l’Amazonie et dans des villes comme Nova Friburgo, Rio de Janeiro et Sao Paulo.

Mais depuis septembre, nous connaissons également une sécheresse prolongée qui affecte la forêt tropicale amazonienne, où certaines parties de rivières comme la rivière Negro se sont complètement asséchées. Il en résulte des pénuries alimentaires pour les populations riveraines, car il n’y a plus de poissons à pêcher. En même temps, ils sont coupés du monde parce qu’ils dépendent du fleuve pour le transport. Cela limite leur accès aux soins de santé et à l’école.

Les agriculteurs traditionnels constatent également des changements dans les régimes pluviométriques saisonniers, ce qui met en péril leur sécurité alimentaire. Les communautés doivent se déplacer ailleurs, ce qui érode leur tissu culturel et social.

Que signifie pour vous l’action climatique juste?

J’ai déjà mentionné les citadins pauvres et les femmes : nous constatons que le changement climatique touche certains groupes plus que d’autres. Alors que les peuples autochtones risquent leur vie pour défendre la forêt, ils sont rarement entendus lors des forums nationaux et internationaux sur le changement climatique. Il est plus que temps d’inclure ces groupes vulnérables dans le processus décisionnel relatif à l’action climatique. C’est exactement ce que fait la Coordination des organisations indigènes de l’Amazonie brésilienne (COIAB), partenaire de la coalition de la VCA(@coiabamazonia).

Pour être juste et équitable, l’action climatique doit également s’attaquer aux problèmes sous-jacents qui rendent ces groupes vulnérables. Pensez aux questions économiques, raciales, de genre et géographiques. Les politiques climatiques ne doivent pas non plus aggraver ces autres vulnérabilités. Au contraire, une « action climatique juste » donne du pouvoir à la société civile, s’appuie sur des solutions locales, renforce les mouvements de base, valorise les connaissances traditionnelles et donne la priorité à la lutte contre le racisme environnemental dans tous les domaines.

Avec l’aimable autorisation de Hivos

Quelles sont les réalisations de Voices for Just Climate Action au Brésil ?

Le programme doit être particulièrement ambitieux au Brésil en raison de la taille du pays. Nous nous sommes efforcés d’unir les différentes régions du pays autour d’un programme commun. Cette tâche est difficile car le changement climatique affecte différemment les différentes régions du Brésil.

Nous soutenons huit coalitions au Brésil qui comprennent jusqu’à 40 organisations locales de base. Ils font des choses très différentes. Prenez Megafone Activism (@megafoneativismo), qui réalise des peintures murales et utilise d’autres formes d’art militant pour amplifier les voix des activistes de l’Amazonie et mobiliser les gens au niveau national et à l’étranger dans la lutte pour la justice climatique. Ou encore la coalition Banzeiros Radios(@tapajosdefato), qui rend compte des violences commises à l’encontre des défenseurs de l’environnement et des droits de l’homme dans les régions reculées de l’Amazonie.

Un troisième partenaire, le réseau Jandyras(@RedeJandyras), tente d’intégrer les voix locales dans l’élaboration des politiques, par exemple en plaçant des haut-parleurs dans la municipalité de Belém pour informer les habitants de la politique environnementale locale. Une autre façon d’impliquer les communautés locales est de travailler avec elles pour cartographier les effets du changement climatique sur leur vie et leur environnement, comme le fait notre partenaire InfoAmazonia. Ils sont membres de la coalition Data Ecosystem qui a construit une plateforme de données ascendante pour faire entendre les voix des Amazones éloignées dans le débat national sur la justice climatique(@movimentoplantaformas, @casapretaamazonia, @openknowledge).

Cependant, je suis surtout fière du fait que nous créons des liens entre ces groupes différents et diversifiés. C’est important parce qu’ensemble, ils peuvent exercer une plus grande influence pour changer l’opinion publique nationale et, par conséquent, les politiques publiques. Ces collaborations ont donné lieu à des ateliers, des forums et des festivals réussis, notamment avec le soutien de l’institut brésilien féministe Equit(@institutoequit), de la coalition Piracema.

Qu’est-ce qui vous motive personnellement à faire ce travail ?

Je suis très sensible à la question de l’impact de la crise climatique sur la vie des gens, car je viens d’une famille d’agriculteurs. Nous avons toujours cultivé le café, qui est très sensible aux changements climatiques. Les sécheresses ou les fortes pluies endommagent facilement les cultures.

Mon parcours m'a fait prendre conscience que le changement climatique a de profondes conséquences sociales.

Le changement climatique a également pour conséquence que les plants de café ne fleurissent plus tous en même temps en juillet, comme c’était le cas auparavant. Aujourd’hui, certaines plantes fleurissent en mai. Cela crée beaucoup plus de travail, car au lieu de récolter en une seule fois, nous devons procéder à une cueillette sélective précoce des baies qui sont déjà mûres. Ma famille a dû abandonner la production de café à cause de tout ce travail supplémentaire.

Mon parcours m’a fait prendre conscience que le changement climatique a de profondes conséquences sociales, ce qui m’incite à œuvrer pour la justice climatique. Une partie de la solution consiste à écouter les populations locales elles-mêmes. Prenons l’exemple de ma famille, qui a commencé à s’adapter au changement climatique en plantant des arbres indigènes qui protègent les plants de café du soleil, des fortes pluies et du vent. Voices for Just Climate Action souligne l’importance de ce type de connaissances autochtones et locales.

Quelle est la prochaine étape pour la justice climatique au Brésil ?

Nous voulons continuer à apporter les connaissances, les solutions et les histoires locales sur le climat, parfois dans des endroits très reculés, dans les espaces où se prennent les décisions. Nous souhaitons soutenir les activités qui intègrent les domaines de la justice climatique, des droits civiques dans la sphère numérique, du genre et de la diversité.

Nous souhaitons également collaborer plus étroitement avec les partenaires de mise en œuvre de l’EVC au Kenya, en Zambie et en Tunisie. Il en va de même pour l’Ouganda, où travaille le groupe de réflexion féministe Akina Mama Wa Afrika (AmWA), membre de l’alliance VCA. Le Brésil a été colonisé et a connu une économie basée sur l’esclavage pendant plus de 350 ans. Plus de 50 % de notre population se définit comme non blanche. Le système éducatif et la culture post-coloniale du Brésil reposent sur un héritage profondément enraciné de colonialisme et de patriarcat.

Je pense que la collaboration avec les mouvements africains de l’AVC, en particulier les mouvements féministes pour la justice climatique, est extrêmement puissante pour lutter contre le racisme environnemental et climatique et pour créer des actions et des politiques climatiques justes. C’est pourquoi nous cherchons actuellement à collaborer avec l’AmWA pour former les femmes, entre autres, au leadership politique. Nous souhaitons également coproduire une publication sur les solutions féministes locales en matière de climat.

L’article original peut être lu sur le site de Hivos.

Ajoutez votre voix


Rejoignez Voices for Just Climate Action et faites une différence dans votre communauté locale

Rejoignez-nous

En savoir plus sur ce que font nos partenaires sur le terrain

Rejoignez Voices for Just Climate Action

Le projet VCA devrait permettre l'amplification de l'action climatique au niveau local et jouer un rôle central dans le débat mondial sur le climat. Pour plus d'informations sur le programme, notre agenda et comment collaborer avec nous, veuillez nous contacter via info@voicesforclimateaction.org.

Inscription à la newsletter